RADIO NEPTUNE (3)

Berthelot est débarqué

Après une grave crise municipale de plusieurs mois, Jacques Berthelot démissionne en juin 1985. Georges Kerbrat (RPR) lui succède dans le fauteuil majoral. Les relations avec Radio Neptune s'adoucissent. La municipalité de droite ne subventionne pas directement la station mais lui verse de l'argent en échange de la diffusion de spots d'infos loisirs et culture. Ce qui permet à Radio Neptune de survivre.

Cliquez sur l'article pour l'agrandir

A partir de 1986, les émissions thématiques s'effacent au profit d'une grille avec du pop-rock pour la matinale, du classique le reste de la matinée, du pop-rock l'après-midi jusqu'au soir où prend place le jazz. Dès 1995, les programmes pop-rock sont retirés d'une grille exclusivement consacrée depuis au classique et au jazz. Voici des extraits de Neptune au temps de sa grande époque.


Chartbuster

Top horaire

Brest Matin

Neptune live en 1989  

Voici un extrait de Neptune fin 89. Jean-Louis est en direct de la place Clemenceau pour les préselections du Printemps de Bourges, il rend l'antenne à Frédéric qui se trouve dans le studio rock, qui lui-même la transmet à Jean au studio jazz-classique. #35ansNeptune

Ecoutez Neptune en 1994

Pour vous remettre dans l'ambiance de Radio Neptune au temps où elle diffusait aussi du rock, du blues et de la soul, voici une archive d'une vingtaine de minutes. Vous êtes en 1994 et vous avez branché votre radio en début de soirée sur 95 FM. Au micro Jean-Philippe.

16 octobre 2019, Radio Neptune perd sa voix

Le communiqué de Radio Neptune diffusé suite au décès de son fondateur et animateur, Jean Le Corvoisier. 

PHOTO OUEST-FRANCE

"Le fondateur et président de Radio-Neptune, Jean Le Corvoisier, est décédé mercredi 16 octobre 2019 à Brest. Il avait 85 ans.


Il avait créé Radio-Neptune le 3 mars 1982 avec son fils, Jean-Louis, à la grande époque des radios libres. La station avait obtenu sa première autorisation d'émettre en 1983. la programmation avait évolué au fil des années, avant de se fixer en 1995 sur un format qui a fait son succès: musique classique le jour, jazz la nuit. Les œuvres sont diffusées intégralement, sans coupure publicitaire.


Un mélomane devenue homme de radio

Électronicien de formation, il devient instituteur, déroulant la plus grande partie de sa carrière dans des écoles brestoises. Le mouvement des radios libres lui donne l'occasion de créer une radio, qui prendra le nom de maison de quartier qu’il avait contribué à créer, rue Neptune. Les programmes s’étoffent progressivement. La station se développe au point d’obtenir le plus fort taux d’audience jamais égalé, encore à ce jour, pour une radio associative en France.


Passionné de musique, tout spécialement de jazz et de classique, Jean le Corvoisier a aimé partager ses choix auprès d’un public nombreux et fidèle. En développant une autre passion, celle de la radio, il souhaitait offrir des programmes sans fioriture, rendant accessibles les plus belles œuvres du répertoire. Cela expliquait la sobriété de ses présentations. Neptune reçoit d’ailleurs chaque année des centaines de lettres de remerciements et de dons, phénomène rare pour une radio locale.


Homme de convictions, laïc, attaché à une certaine vision de la diffusion culturelle, Jean Le Corvoisier a toujours défendu l’indépendance de cette radio non commerciale.


Une voix

Immédiatement reconnaissable, la "voix de Neptune" ne laissait pas indifférent. Qu'on l'apprécie ou non, le timbre et le phrasé de Jean Le Corvoisier permettaient d'identifier immédiatement la station.

Sa voix nous manque déjà."

Ecoutez Neptune