RADIO PLOGOFF

Une Radio Plogoff peut en cacher une autre

Plusieurs radios pirates portant le nom de Radio Plogoff se sont succédé depuis l'enquête d'utilité publique jusqu'à l'abandon définitif du projet de centrale nucléaire à la pointe du Raz.

  • Une première radio est montée depuis la mairie quelques jours autour du week-end du 6 février 1980. Une radio libre émet depuis la mairie. Radio Plogoff. Les animateurs locaux sont aidés par plusieurs jeunes militants parisiens qui ont déjà participé à de telles initiatives (Radio 93, Radio Riposte), écrit Gérard Borvon dans Plogoff un combat pour demain. Cette radio a émis un quart d'heure le samedi sur 102 mhz nous apprend Le Télégramme.
  • Par ailleurs, fin mai 80, pendant le week-end de la Pentecôte, 100.000 à 150.000 manifestants se sont retrouvés au cap Sizun pour un grand rassemblement antinucléaire.

Une radio libre a émis pendant trois jours. Son histoire est celle d'une véritable opération commando.

Radio Plogoff Pentecôte 80

Une radio active

En avril-mai et juin 1981, les CLIN de Brest ont monté une radio très puissante à Plogoff qui n'a jamais été inquiétée ni même brouillée.

Au beau milieu d'un morceau de musique soudain un animateur intervient : On nous signale qu'un fourgon de gendarmerie se dirige vers Plogoff. Nous allons devoir arrêter d'émettre. Une des voitures équipées d'une CB et qui surveillent les deux routes menant au village vient de donner l'alerte. On s'attend alors à ce que la radio, qui n'a jamais été inquiétée, cesse ses émissions pour mettre le matériel à l'abri. Mais non. Deux ou trois disques plus tard, l'animateur, plus calme, annonce que les gendarmes viennent d'avertir qu'ils ne sont pas là pour saisir la station mais pour un fait-divers, un cadavre retrouvé à la baie des Trépassés. Les autorités demandant quasiment l'autorisation d'entrer sur le territoire du cap, voilà résumé l'ambiance de "commune libre" qui règne alors sur ce promontoire rocheux, classé depuis site naturel et où à l'époque le gouvernement veut construire une centrale nucléaire.

Vers 17 heures on entendait la chanson qui ouvrait l'antenne, Keleier Plogo (les nouvelles de Plogoff), une complainte en breton du groupe Storlok. Voici l'ouverture d'antenne de la station qui annonce 92 FM mais la radio émettait sur 91.

Un gros émetteur italien

Un an auparavant, l'enquête d'utilité publique a été marquée par des affrontements quotidiens entre les forces de l'ordre, venues en nombre, et la population rejointe par des militants anti-nucléaires. Au printemps 1981, les opposants à la centrale espèrent la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle car le candidat a promis d'annuler ce projet. Au début du mois d'avril, les militants du CLIN de Brest entendent les essais de Radio Brest Atlantique. L'idée germe très vite de monter une station à Plogoff. Contact est pris avec RBA pour s'équiper. Et voilà une équipe de militants partie vers l'Italie chercher le précieux matériel. Nous avons voyagé en Peugeot commerciale, se souvient Marif. Sage précaution car le CLIN a choisi du beau matériel: un émetteur à lampes de 600 W, une bête qui va permettre d'arroser tout l'ouest de la Bretagne sans problèmes.

Sur les ondes le 16 avril

A Plogoff, Annie Carval, la présidente du comité de soutien, met à disposition de la radio un garage situé sur sa propriété un peu à l'écart de sa maison. Le studio occupe le bas et en haut, le grenier accueille l'émetteur. Radio Plogoff est prête à démarrer sa première émission. La station démarre le 16 avril 1981 sur 91mhz. Elle n'arrêtera d'émettre qu'à la fin du mois de juin quand la décision de stopper le projet de centrale nucléaire est définitivement actée par le nouveau gouvernement. Le plus grand moment d'émotion à l'antenne, c'est le 10 mai à 20 heures lors de l'annonce de la victoire de François Mitterrand qui a inscrit au nombre de ses promesses l'enterrement du projet de centrale à Plogoff.

Radio Plogoff rime avec Radio Kerangoff

Après avoir gagné son combat contre la centrale nucléaire, la station a arrêté ses émissions et le matériel a été rapatrié sur Brest. L'émetteur a été utilisé un an plus tard pour monter Radio Kerangoff (ça rime avec Plogoff !)

Une puissance phénoménale pour l'époque, jamais brouillée, jamais saisie et en prime un combat anti-nucléaire gagné, Radio Plogoff est un cas unique dans l'histoire des radios libres. Si son aventure est évoquée dans ces pages consacrées aux radios de Brest, c'est qu'elle a été montée et animée par une équipe d'une dizaine de Brestois et qu'elle couvrait très bien le port du Ponant.

PROGRAMMES

Tous les jours en fin de matinée et vers 17 heures

Radio Plogoff a émis tous les jours de 10 à 13 heures et de 17 à 20 heures du 16 avril au 11 mai 1981. Elles est revenue sur les ondes du 30 mai au 28 juin, histoire de bien s'assurer que le nouveau gouvernement tiendrait sa promesse d'abandonner le projet de centrale. Elle a alors diffusé de 11 h 30 à 13 h 30 et de 17 à 20 heures. Un petit peu avant ou un petit peu après, mais rarement à l'heure pile.
La station diffusait essentiellement en soirée ce qui permettait à ceux qui avaient un boulot sur Brest de redescendre sur le Cap Sizun. 

L'essentiel des programmes étaient consacrés à des interviews ou des débat sur le nucléaire ou les énergies alternatives. Mais pas seulement. On y entendait également beaucoup de musiques bretonne et celtique, ce qui était nouveau à une époque où il fallait se contenter de la portion congrue sur le service public (FR3 Radio Armorique ne diffusait que le matin). Il y avait aussi des moments de grande convivialité à l'antenne. Chaque soir, une des femmes de Plogoff chargée de faire à manger venait présenter la recette du menu du jour. L'équipe était hébergée chez l'habitant. Il fallait deux volontaires pour dormir dans le studio et d'autres pour se relayer dans les voitures équipées de CB qui contrôlaient les deux routes d'accès.

Jean-Noël, un ancien de Plogoff, pousse un cri du coeur en mai 1981.

Nicole Le Garrec, auteur avec son mari Félix du documentaire "Des pierres contre des fusils" explique la genèse du film et à cette occasion Radio Plogoff diffuse des extraits sonores des manifestations.

Gérard Borvon évoque Radio Plogoff au micro de Christophe Pluchon. C'est extrait d'un magazine sur les évènements de Plogoff qui a été sur RCF-Rivages le lundi 25 janvier 2010.


L'émission entière peut être écoutée ici.

LES COMPTES DE LA RADIO

A la fin des émissions de Radio Plogoff

Dépenses : 45 652,42 F dont l'essentiel en achat de matériel.
Recettes : 65 066,15 F dont 40.000 F d'emprunt, 9215 F de ventes de cassettes, 6435 F de ventes d'autocollants.

A propos de Plogoff

Pour en savoir plus sur les évènements de Plogoff, le film Plogoff, des pierres contres des fusils de Nicole et Félix Le Garrec est incontournable.

Cliquez ici

Gérard Borvon détaille le combat de Plogoff dans son livre.

Cliquez ici